Logo Notre Dame de la Bidassoa

15 août 2019 – L'Assomption de Marie, Mère de Dieu – Le verre de l'amitié avec les vacanciers - L'« Ex-voto longboard »
Fête de l'Assomption de Marie à Sainte Anne © ND Bidassoa

15 août 2019 – L'Assomption de Marie, Mère de Dieu – Le verre de l'amitié avec les vacanciers - L'« Ex-voto longboard »

La statue de Marie, de la sacristie, fleurie pour la fête © ND Bidassoa

Par petites vagues, l'église Sainte Anne s'est entièrement remplie de fidèles hendayais, mais aussi, et en grand nombre, de vacanciers. Ainsi une belle assemblée souriante, joyeuse et tout autant recueillie a participé à cette belle fête de Marie, Mère tellement aimée !

Après l'Eucharistie célébrée par l'abbé Jean-Marc Lavigne et l'abbé Jean-Paul Henry, curé d'Antony (Haut de Seine), les enfants, humble fleur de papier à la main, ont suivi la statue de Marie qui, portée sur les épaules de quatre messieurs, fait le tour intérieur de l'église afin d'aller vers tous les fidèles.

Prière, chant et bénédiction devant Marie finissent la célébration.

Alors vient le moment convivial du verre de l'amitié sur le parvis-jardin de l'église.


 

Prière à Marie au ciel lue par un fidèle.

« Vierge Marie, tu es la Mère de Dieu, la Mère de l’Église et notre Mère à tous.

Désormais au ciel avec ton Fils, tu veilles sur nous.

  • Nous te présentons notre foi : qu’elle soit profonde et active comme la tienne.

  • Nous te présentons l’Église que nous formons ensemble dans nos diversités et notre unité :

Que nous soyons une paroisse priante et engagée pour la promotion de l’homme, à l’écoute de l’Évangile de ton Fils Jésus et à l’écoute de nos contemporains.

Rends-nous missionnaires pour annoncer autour de nous la force et la douceur de ton Amour.

  • Nous te présentons nos familles, nos enfants, nos jeunes, nos parents.

Quelles que soient les épreuves que nous pourrons rencontrer, apprends-nous la force de ta Visitation pour renouer nos liens, repartir vers nos proches, pardonner et réunir nos familles.

  • Nous te présentons notre Pays : qu’il soit à l’abri des conflits ; que grandisse le sens de la solidarité avec tous ; que ceux qui exercent le pouvoir aient un sens profond des responsabilités et le goût du service.

  • Nous te présentons aussi les autres Pays de la planète. Que cesse le bruit des armes et se lève le chant de la paix et de la réconciliation.

Que chacun retrouve sa maison et ses relations.

Que chaque religion se mette résolument à l’écoute de Dieu pour que soit respectée la liberté de croire ; et qu’advienne enfin un monde nouveau.

Sainte Vierge Marie ; Notre Dame de l’Assomption prie pour nous maintenant et pour les siècles des siècles. »

Amen.

********

L'objectif, qui visait Susana, l'organiste de l'église sainte Anne, tout près de la barque présente de longue date, a saisi un nouvel élément marin !...

L'histoire de la planche de surf offerte à Marie

« Ex-voto longboard »

« Longue, environ 2,75 m, lourde, dans les 15 à 20 kg, large et épaisse, ce longboard était le seul modèle de planche de surf au début des années 60. Ce modèle était fabriqué par Michel Barland, premier « skipper » français. Les deux premières planches avaient été acquise par l’École de Voile de Hendaye dont la spécificité consistait à partir en mer directement de la plage et non de la baie de Chingoudy. Son président, Alfred Pallu, avait observé pendant la guerre les Allemands préparant le débarquement en Angleterre. Quand le surf arriva en France, il s’empressa de le populariser, avec succès.

Un petit groupe prit son autonomie en créant en 1965, à la fin de la saison, le Surf Club Bidassoa dont le premier président fut l’hendayais Jean-Louis Ducourau.

J’acquis ma première blanche, celle maintenant déposée à St Anne, en 1966 et je passais avec elle tous les étés sur l’eau. En 1967, je fus sélectionné pour les championnats de France mais je ne franchis pas les éliminatoires. En revanche, en 1968, toujours avec la même planche, j'allais jusqu’au huitièmes de finale à Biarritz.

Cette planche a eu des « successeurs » mais elle ne m’a jamais quitté. Je la dépose maintenant aux pieds de la Sainte Vierge, avec ma filiale affection.

Les marins offrent le bateau de leur travail, j’offre cette planche qui n’est pas un outil mais l’instrument d’une relation avec la mer, l’admirable création de Dieu qui me l’a rendu présent de façon ineffable mais bien réelle. »

HF

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.