Logo Notre Dame de la Bidassoa

Bixintxo, gure patroin haundia
Saint Vincent, diacre, martyrisé en 304 © ND Bidassoa

Bixintxo, gure patroin haundia

Saint Vincent de Saragosse, patron de l'église d'Hendaye, fêté le 22 janvier

Vincent porte les Saintes Evangiles © ND Bidassoa

Grand messe pour "notre Bixintxo", le 24 janvier 2016, à 10 heures

pour toute la paroisse Notre Dame de la Bidassoa

 

" Saint Vincent naquit à Huesca et fut instruit des sciences sacrées et profanes à Sarragosse, sous la direction de l'évêque Valère1 qui, vieux et inaudible, l'ordonna diacre pour qu'il prêchât à sa place."

" Au début de la persécution de Dioclétien et de Maximien, le cruel et sanguinaire préfet Dacien reçut le gouvernement de la province de Valence et n'eut rien de plus pressé que de faire emprisonner l'évêque Valère et son diacre Vincent qui, chargés de chaînes, furent conduits à Valence. Valère ne pouvant plus parler, Vincent lui dit : « Père, si vous le permettez, je prendrai la parole ; Valère répondit : Mon fils, comme je vous ai confié la charge de prêcher l'Evangile, je vous confie celle d'affirmer la foi pour laquelle nous combattons"."

***

" Rien n'est plus beau que le récit de son interrogatoire : "Ta naissance, Vincent, dit le juge, et ta brillante jeunesse excitent toute ma sympathie ; renonce à ta religion et choisis entre les honneurs ou les tourments. -- Tu as pris trop de peine, répond le martyr, pour me faire apostasier ; je resterai chrétien et saurai mourir joyeusement pour la vérité. Les souffrances me vaudront la couronne des élus."
 
Comme prélude de son supplice, Vincent est étendu sur un chevalet, et, sous l'action des cordes et des roues, ses nerfs se rompent et ses membres se brisent : "Eh bien ! Dis-moi maintenant quelle est ta foi ? Reprend le féroce Dacien. -- Tu combles aujourd'hui mes voeux, dit le martyr, laisse libre cours à ta rage, tes fureurs me conduisent à la gloire."
 
Le tyran s'irrite contre les bourreaux, trop timides dans leur besogne, et le supplice recommence plus horrible encore, à coups d'ongles de fer. Vincent sourit dans les tortures : "Vos idoles, dit-il, sont de bois et de pierre ; servez, si vous voulez, ces vains fantômes ; pour moi, je ne sacrifie qu'au Dieu vivant qui est béni dans tous les siècles."
 
Dacien lui-même est touché de l'affreux état où il a mis sa victime : "Aie pitié de toi, Vincent, ne méprise pas ainsi la jeunesse dans sa fleur, épargne-toi de plus terribles châtiments."
 
Mais le saint diacre ne cède pas plus aux flatteries qu'aux menaces : "Langue de vipère, dit-il, je crains plus ton poison que tes tourments. J'ai pour me soutenir la parole de mon Sauveur, qui m'a dit : "Ne craignez point ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent rien sur l'âme."
 
Alors on prépare un vaste gril de fer dont les barres sont autant de scies aux pointes aiguës ; on le place sur un brasier ardent et on y jette le martyr, qui bénit Dieu dans son affreux supplice.
 
Vainqueur du tyran, Vincent est retourné dans son cachot et soumis à de nouvelles tortures. Au milieu de la nuit, les anges viennent le consoler. Vincent rendit peu après le dernier soupir ; il avait vingt-deux ans.
 
Saint Augustin a dit de lui : "Enivré du vin qui rend fort et chaste, Vincent triompha des tyrans qui voulaient ruiner le règne de Jésus-Christ."
 
Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950
 
Extraits tirés du site : http://har22201.blogspot.fr/2013/01/saint-vincent-de-saragosse.html
 
 ***

Afficher l'image d'origine

La passion de Saint Vincent par l'Abbé Manuel MICHELENA

Extrait de son livre : "Hendaye, son histoire"

 " ... une fresque délicatement colorée et de style primitif relate la passion de Saint Vincent, diacre, patron de la paroisse, d'après une oeuvre espagnole exposée au musée d'art roman de Barcelone (tableau de mestre d'Estamarin, du 14e siècle, reproduit pour l'église d'Hendaye par l'excellent peintre J. Laulié)

Le rétable Saint Vincent est une oeuvre qui, sous sa forme légendaire, n'est que l'exaltation à grand spectacle d'un fait historique au départ : la glorification de Saint Vincent...."

Petit tableau 1 - Vincent, attaché sur une croix de Saint André, tandis que les bourreaux enfoncent les crochets de fer dans sa chair.

Petit tableau 2 - Vincent, placé sur un grill chauffé au rouge par un feu entretenu par les bourreaux.

Petit tableau 3 - Le corps de Vincent, veillé et fleuri par deux anges, repose sur un parterre de fleurs à la grande surprise des bourreaux ouvrant la porte.

Petit tableau 4 - Le corps de Vincent, défendu et protégé par un corbeau à l'envergure d'aigle, contre toutes sortes de bêtes sauvages.

Petit tableau 5 - Le corps de Vincent, attaché à une petite meule, est jeté en mer pour servir de pâture aux poissons.

Petit tableau 6 - Le corps de Vincent, après une longue navigation en mer à travers le détroit de Gibraltar, est pieusement recueilli à la pointe extrême du Portugal et de l'Europe, sur une côte dénommée -sur un plan légendaire plus qu'historique- "CABO DE SAN VICENTE"

 ***

Fondation officielle de la Paroisse Saint-Vincent

Extrait du livre de l'Abbé Manuel MICHELENA

... "vers 1617, l'église construite par les Hendayais était finie ...

... Hendaye continuait à grandir et sa population augmentait notablement : un seul vicaire ne pouvait suffire.

... L'évêque décida d'instituer ou d'iriger l'annexe en paroisse indépendante de l'église d'Urrugne et de son curé. Saint Vincent de Dax fut pris pour patron, dont la fête se célébrait le 1e septembre.

... Les pêcheurs de baleine se trouvaient absents, à la date de la fête de Saint Vincent de Dax. Ils décidèrent donc de prendre un Saint Vincent dont la fête se célèbrerait après leur retour dans leurs foyers. Au mois de janvier se célèbre le martyre de Saint Vincent de Huesca, qu'ils appelèrent en basque "Bixintxo" ou "petit Vincent."

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.