Logo Notre Dame de la Bidassoa

Fêté le 9 mars  - Dominique Savio - 15 ans d'existence et reconnu saint et apôtre
Photo extraite de « Vie de Dominique Savio »  par son maître Don Jean Bosco, imprimé à Nice en 1924 (coll. privée) © internet

Fêté le 9 mars - Dominique Savio - 15 ans d'existence et reconnu saint et apôtre

Saint patron des enfants et des adolescents

Modèle et protecteur de la jeunesse et des petits chanteurs

Saint protecteur des servants de messe.


 

Petite vidéo à montrer « sans faute »

aux enfants de 7 à … sans limite d'âge !


 

Lecture entière de l'article sur ce site vraiment recommandée

Extraits du site : http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0076.htm -

" Dominique est … le deuxième enfant d'une famille qui devait en compter dix. Domenico naît en 1842 à Riva presso di Chieri, à une vingtaine de km à l'est de Turin. Sa famille est pauvre... et doit changer plusieurs fois de lieu d'habitation.

Deux ans après la naissance de Dominique, ses parents retournent dans leur pays d'origine, le hameau de Murialdo, village natal de Don Bosco.

Dès l'âge de cinq ans, Dominique suit la messe quotidiennement et lorsque, parfois l'église n'est pas encore ouverte, il s'agenouille à la porte et prie, quel que soit le temps.

/...

Bien qu'à l'époque on ne fasse la première communion qu'à 11 ou 12 ans, Dominique est si avancé qu'on lui permet de la faire à 7 ans. Il s'y prépare avec joie, et demande pardon à ses parents pour les peines qu'il leur a causées (!...), car en fait il ne leur procurait que des joies.

Conscient de ce à quoi il s'engage, il écrit ceci: "Résolutions prises par moi, Dominique Savio, en 1849, quand j'ai fait ma première communion à 7 ans :

  • Je me confesserai très souvent et je communierai toutes les fois que mon confesseur me le permettra.

  • Je veux sanctifier les jours de fête.

  • Mes amis seront Jésus et Marie.

  • La mort mais pas de péchés. "

Ces résolutions, souvent répétées, orientent toute sa vie. Et don Bosco de conclure par cette réflexion: " Soyons persuadés qu'une première communion bien faite constitue un solide fondement moral pour toute la vie; et il est rare de trouver quelqu'un qui ait bien accompli ce devoir solennel qui n'ait pas mené ensuite une vie bonne et vertueuse. Au contraire, on compte par milliers les jeunes gens pervertis, qui désolent leur parents et ceux qui s'occupent d'eux; cherchez la racine du mal, vous verrez que le début de leur mauvaise conduite coïncide avec une première communion peu ou aucunement préparée. Il vaut mieux la renvoyer à plus tard ou même ne pas la faire du tout que de la mal faire."

Dominique travaille très bien et il aimerait continuer son instruction mais sa famille est pauvre et la seule école valable, celle de Castelnuovo, est éloignée. Sa ténacité vainc tous les obstacles: il fera 4 fois par jour le chemin qui le mène à cette école, soit en tout 17 ou 18 km, …/... en octobre 1852, ses parents viennent s'établir à Mondonio et là se trouve une bonne école.

Dominique est un élève excellent et sa conduite est irréprochable. Mais un jour une grosse bêtise est commise – on a bourré le poêle de la classe avec de la neige et des cailloux – et dans la peur d'être renvoyés, les coupables prennent les devants et accusent Dominique. …/... (voir la vidéo)

Don Bosco passant dans la région en octobre 1854 avec un certain nombre de ses garçons, on lui parle de Dominique Savio avec éloges et ce dernier vient le voir, accompagné de son père. Après un bref examen, don Bosco accepte son admission sans délai au vu de ses qualités tant intellectuelles que spirituelles. Il est " stupéfait de découvrir l'œuvre que la grâce divine avait déjà accomplie en un garçon si jeune."

Dominique se rend donc à Turin avec son père, à la maison de l'Oratoire.

/... La fête de l'Immaculée Conception du 8 décembre 1854 est l'occasion pour lui de faire un grand pas dans la vie spirituelle. C'est le jour de la proclamation du dogme de l'Immaculé Conception par le bienheureux Pape Pie IX. Le soir de ce grand jour, Dominique se consacre à la Sainte Vierge et renouvelle les promesses faites à sa première communion, puis répète textuellement à plusieurs reprises les phrases suivantes: " Marie je vous donne mon cœur; faites qu'il soit toujours vôtre. Jésus et Marie, soyez toujours mes amis, mais de grâce, faites-moi mourir plutôt que d'avoir le malheur de commettre un seul péché."

Dès lors sa vie en paraît tellement transformée qu'à partir de ce jour, don Bosco se met à noter ses faits et gestes pour ne pas les oublier. …/...

La dernière étape de sa vie est encore mariale. …/... le 8 juin 1856 – il avait encore 9 mois à vivre – il fonde avec un groupe d'amis la Compagnie de l'Immaculée. Le but de cette compagnie est d'assurer à ses membres la protection de la Sainte Mère de Dieu pendant leur vie et surtout à l'heure de la mort.

Dominique est dévoré de zèle et cela n'est pas sans influer sur sa santé. Consciencieusement, don Bosco le fait examiner par plusieurs médecins. " …/...

Dominique doit donc quitter l'Oratoire et rentrer chez lui. Il est navré car il sait, malgré ce que lui dit don Bosco, qu'il ne reviendra plus. Le médecin de son pays croit bien faire …/...mais Dominique ne se fait pas d'illusion et il demande le Viatique.

Peu après, alors que le médecin et son entourage le croient hors de danger, il demande le Sacrement des malades et on lui donne en même temps la 'bénédiction papale'. Il en éprouve une grande joie. "Deo gratias et semper Deo gratias!" dit-il. C'est le 9 mars, 4e jour de sa maladie, le dernier de sa vie.

Le soir, son curé vient le voir. Il se réveille et d'une voix claire et joyeuse, il dit en présence de ses parents :

" Adieu, mon cher papa, adieu ! Monsieur le Curé voulait encore me dire autre chose, et je n'arrive plus à me le rappeler.... Oh ! que c'est beau ce que je vois..." A ces mots et toujours en souriant, le visage lumineux, il expire les mains jointes et croisées sur la poitrine, sans le moindre mouvement.

Telle fut la vie d'un saint. Elle fut écrite pas un autre saint, don Bosco, lequel ne pouvait évoquer son souvenir sans pleurer.

Saint Dominique Savio, canonisé en 1954, est le plus jeune des confesseurs non-martyrs canonisés (il n'avait pas encore tout à fait 15 ans). Mais depuis cette 'limite d'âge' a été considérablement reculée avec la béatification des enfants de Fatima, la petite Jacinta n'ayant pas encore atteint ses 10 ans. En instaurant la communion pour les enfants, Pie X disait: "Il y aura des saints parmi les enfants" et Jean Paul II a rajouté: "et des apôtres".


 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.