Logo Notre Dame de la Bidassoa

Homélie du 14ème dimanche du temps ordinaire par l'abbé Philippe BEITIA
. © ND de la Bidassoa

Homélie du 14ème dimanche du temps ordinaire par l'abbé Philippe BEITIA

. © ND de la Bidassoa

Dans l’extrait de la Lettre aux Galates que nous avons écouté en guise de deuxième lecture, l’Apôtre Paul s’exclame : Que la croix de notre Seigneur Jésus-Christ reste ma seule fierté...Je porte dans mon corps les marques des souffrances de Jésus. Il rappelle à ses auditeurs que sa mission s’est accompagnée d’oppositions, de persécutions, de mauvais traitements. Ce faisant, il participe à la croix de Jésus. De même que le Christ, parce qu’il a affirmé qu’il était le Fils de Dieu, à cause des actes qu’il a posés comme tel, à cause du message venant de Dieu son Père qu’il a délivré a subi le supplice de la croix, de même son disciple, à cause de l’annonce de l’évangile, connaît-il le même traitement.

Cette croix du Christ reste la fierté de l’Apôtre. En l’affirmant, saint Paul se présente, pour la société de son temps comme un provocateur. La croix, dans l’Empire romain était considérée comme le plus ignoble et le plus détestable des supplices. C’est le supplice que l’on réserve aux esclaves, aux brigands et aux pirates. On ne l’évoque même pas – selon le témoignage de Cicéron – dans les conversations tellement elle est haïssable. De plus, chez les Juifs, tout homme qui est condamné et élevé sur un gibet est objet de la malédiction divine. Et cette croix, elle est la fierté de l’Apôtre. Elle est notre fierté. Cela se manifeste par le fait que, dans les églises, le crucifix est central, qu’il est présent dans la maison des chrétiens, que nous ne commençons pas notre prière sans avoir fait le signe de croix, que, dans la liturgie, le prêtre le fait souvent aussi sur des personnes, sur le pain et le vin de l’eucharistie et sur d’autres éléments pour les sanctifier.

Et pourquoi donc la croix du Christ doit-elle être notre fierté ? Elle l’est parce qu’elle est la manifestation de l’amour de Dieu, de l’amour du Fils de Dieu pour nous. Il arrive que des gens donnent leur vie pour en sauver d’autres – nous pensons à cet officier de gendarmerie qui a livré la sienne, il y a quelques mois, pour délivrer des otages. D’autres se sacrifient – comme l’on dit –, font d’immenses efforts pour que leurs enfants fassent de bonnes études, aient un travail intéressant ou bien pour assister des malades, des vieillards et des handicapés. Le Christ, lui, avec tout son amour de Fils de Dieu, s’est livré pour nous et a accepté la mort et la mort cruelle et ignominieuse de la croix.

En offrant sa vie à son Père avec tout son amour de Fils de Dieu, Jésus nous obtient le pardon de nos péchés – toutes nos libérations intérieures sont le fruit de son offrande sur la croix – et la vie divine – tout ce que nous recevons en fait de grâces, toutes nos conversions, toutes nos avancées dans la vie chrétienne, toute notre sanctification provient également de la croix du Christ qui nous ouvre la vie éternelle. Nous devons être fiers de cette croix du Christ. La liturgie de l’Eglise la compare d’ailleurs à un arbre qui porte des fruits excellents.

Regarder Jésus crucifié, contempler le crucifix peut nous aider à avancer dans la vie chrétienne, avec la grâce du Christ. La passion du Christ – écrit saint Thomas d’Aquin - nous fournit un modèle valable pour toute notre vie. Elle nous invite à désirer ce que le Christ a désiré.   

Si tu cherches un exemple de charité - poursuit-il - Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. C'est ce que le Christ a fait sur la croix. Il a donné sa vie pour nous.

Si tu cherches la patience, c'est sur la croix qu'on la trouve au maximum. En effet la patience est grande pour deux motifs : ou bien lorsqu'on souffre patiemment de grands maux, des épreuves ou bien lorsqu'on souffre des maux qu'on aurait pu éviter, et que l'on n'évite pas. Or le Christ a souffert de grands maux sur la croix, et avec patience.

Si tu cherches un exemple d'humilité, regarde le crucifié. Car un Dieu a voulu être jugé sous Ponce Pilate, et mourir.

Si tu cherches un exemple d'obéissance à Dieu, tu n'as qu'à suivre celui qui s'est fait obéissant au Père jusqu'à la mort.

Tels sont les fruits de la croix. Fruits de vie qui nous donnent d’être fiers de la croix de Notre Seigneur Jésus-Christ.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.