Logo Notre Dame de la Bidassoa

Homélie du 15ème dimanche du temps ordinaire
Jésus commença à les envoyer deux par deux... © ND de la Bidassoa

Homélie du 15ème dimanche du temps ordinaire

. © ND de la Bidassoa

15ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE   B

 

          Mi-juillet, nous aurions peut-être préféré trouver à la messe d’aujourd’hui des lectures plus bucoliques ou poétiques : et bien non !

          La première lecture nous parle d’un prophète mal aimé qui doit justifier sa mission de prophète.

          Et l’évangile nous montre Jésus qui pour la première fois envoie en mission les douze apôtres : il les envoie deux par deux et leur promet des moments difficiles.

          Même si notre esprit est en vacances, la Parole de Dieu nous rappelle ici des éléments essentiels de notre mission de chrétiens.

          « Il commença à les envoyer en mission deux par deux » : cette réalité à retenu mon attention tout en pensant à notre communauté paroissiale locale mais aussi à vos communautés paroissiales, chers amis vacanciers.

          Etre envoyé deux par deux, aujourd’hui, cela ne veut pas dire uniquement que les prêtres doivent travailler ensemble, et parfois cela leur est difficile… il s’agit de nous remettre tous devant notre responsabilité de baptisés.

          Deux par deux, cela veut dire, que nous sommes envoyés, que nous sommes prophète pour aujourd’hui, à plusieurs. On ne joue pas personnel dans l’équipe de Jésus. (clin à la finale de la coupe du monde).

          Seul, on n’est rien ; seul, on ne signifie que nous-mêmes et on est loin de l’esprit du Christ et de l’évangile.

          Pour moi, deux par deux, signifie le couple que nous devons former ensemble prêtres et laïcs.

          Et cela vient de notre baptême : le baptême fait de nous des prophètes.

          Le prêtre en faisant une onction d’huile sur notre front de baptisé, puis l’évêque sur notre front de confirmé, mais encore l’évêque dans mos mains de prêtre le jour de notre ordination toujours avec le même St Chrème… attestaient que nous sommes tous envoyés au service du monde et de l’Eglise. L’huile Sainte, nous a fait prophètes.

Cette huile est très parfumée car elle signifie que nous devons apporter aux autres la bonne odeur du Christ. Alors que souvent notre Eglise, donc nous, nous sentons la sueur pour les uns (hyper actifs épuisants), la naphtaline pour les autres (les figés en bord de touche).

Non, mes amis, l’Huile sainte que nous avons reçue doit nous donner la bonne odeur du Christ à répandre partout et avec joie.

          Il est important, alors, que nous nous recevions les uns les autres comme appelés par Dieu et envoyés deux par deux, ensemble pour la mission.

          Pourtant, ici ou bien dans d’autres paroisses, vous avez mal à votre Eglise, selon la formule parfois employée : vous sentez les divisions, les jalousies, les clans, les hypocrisies ; vous me dites que vous en souffrez.

          Et bien, nous souffrons ensemble, prêtres et laïcs, mais aussi nous croyons ensemble et nous espérons ensemble.

          L’occasion ici m’est donnée de rendre hommage à tous ceux et celles parmi vous qui donnez de votre temps, de vos talents, de votre patience, pour votre paroisse. Sans vous les prêtres ne peuvent pas exercer pleinement leur mission. Continuez avec courage avec nous, malgré nos faux-plis et nos replis de prêtres souvent surchargés et peut-être aussi de célibataires endurcis un peu grincheux.

          Alors « oui » au binôme fécond prêtres-laïcs ; et aussi « oui » au quatuor idéal laïcs-religieuse-prêtre-diacre…

Et puis, nous devons en même temps, nous prêtres, ne pas vous utiliser, chers laïcs pour uniquement des rôles en interne, je dirais « en sacristie ». Car vous êtes les veilleurs et des veilleuses dans la cité ; votre mission de baptisés-prophètes doit s’exercer d’abord dans votre famille, dans votre milieu de travail et d’études, dans vos engagements divers, dans vos loisirs, dans le respect de la planète. Oui, c’est là qu’ensemble, entre vous, deux par deux, le Christ vous envoie.

          Jésus nous envoie deux par deux en nous donnant son Esprit : il nous demande de ne rien emporter dans notre sac, c’est-à-dire, de nous désencombrer de questions inutiles qui nous freinent toujours ou nous donnent de faux alibis pour reculer ou abandonner notre mission ; cela veut dire aussi nous rendre disponibles, faire le tri dans notre faire et dans nos affaires. Nous devons tous nous alléger, suivre un régime minceur chrétien. Alors nous serons libres, simples et vrais.

          Mais cela est parfois difficile de s’engager ainsi, on s’expose… le Seigneur Jésus avait prévenu les premiers envoyés, les apôtres : il y a des maisons, et j’ajouterais des milieux, des générations, des situations où vous ne serez pas accueillis, eh bien partez ailleurs, en secouant la poussière de vos pieds… On est critiqué, on est montré du doigt, on nous calomnie, peu importe, notre seule richesse et notre seul intérêt, c’est le Christ : nous ne sommes ni des communicants à la mode, ni des arrivistes, nous ne roulons pas pour nous-même… notre modèle c’est le Christ qui se propose, qui est rejeté mais qui aime toujours.

          Que le corps du Christ que nous recevrons en communion fasse de nous les membres solidaires de l’Eglise, corps du Christ.

Et tout autant des ferments d’humanité et d’espérance au cœur du monde.

          Alors : « allez les bleus ! (pardon, je m’égare) »

          Alors : « allez deux par deux ! »

                                                                     AMEN.

         

         

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.