Logo Notre Dame de la Bidassoa

Homélie du 7ème dimanche de Pâques (Abbé Philippe BEITIA - résumé)
Le diacre saint Etienne lapidé © ND de la Bidassoa

Homélie du 7ème dimanche de Pâques (Abbé Philippe BEITIA - résumé)

Représentation de saint Etienne martyr (vêtements liturgiques du diacre, Livre des Evangiles qu'il lit et commente, pierres représentation sa lapidation, palme du martyr, auréole du saint) © ND de la Bidassoa

Frères et sœurs,

En écoutant le récit du martyre de saint Etienne, vous avez probablement pensé à la Passion de Jésus. A y regarder de près, le récit du témoignage et de la mort d’Etienne reproduit, en quelque sorte, ce qui s’est passé lors de la Passion de Jésus.

L’un des motifs pour lesquels Jésus est condamné, c’est parce qu’il déclare devant le grand-prêtre et le sanhédrin qu’il est le Fils de l’homme, c’est-à-dire le Messie attendu par Israël. L’une des raisons de la condamnation d’Etienne à la lapidation, c’est parce qu’il atteste qu’il voit le Fils de l’Homme assis à la droite de Dieu. Il confesse que Jésus est le Messie.

En mourant, Jésus fait cette prière à son Père : Père, entre tes mains, je remets mon esprit. Etienne fait la même lorsque, dans la confiance, il remet son âme à Dieu. Mais ce n’est pas au Père, c’est à Jésus qu’il s’adresse, confessant par là qu’il est Dieu.

Sur la croix, Jésus demande Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. Il en va de même d’Etienne qui, adressant cette prière encore à Jésus, comme lui, demande à Dieu de pardonner à ses bourreaux.

Les sentiments d’Etienne reproduisent ceux du Christ. Il y a là, pour nous une invitation pour notre vie chrétienne.

Comme Etienne, nous sommes appelés à témoigner du Christ. C’est à cause de sa proximité avec Jésus qu’Etienne a pu en avoir la vision au soir de sa vie. Notre témoignage suppose cette proximité avec le Christ par la prière, l’écoute de la Parole de Dieu régulière, la réception des sacrements. Ce n’est que grâce à cette proximité avec le Christ que nous pourrons dire ce qu’il est pour nous, dire son message de salut.

Etienne a vécu l’évangile jusqu’au bout puisqu’il est allé jusqu’à pardonner à ses ennemis. Son exemple nous invite à faire passer l’évangile dans notre esprit, dans nos réactions, dans nos actions, dans notre vie quotidienne, tant personnelle que dans ses engagements sociaux.

Le martyre d’Etienne nous rappelle que la croix est présente dans notre vie et que le christianisme ne peut pas être une recherche de vie commode. La croix, nous la connaissons, ce sont les ennuis de santé et de vieillesse, nos ennuis – et ceux de nos proches – dans le travail, la vie sociale, les problèmes de couple etc. Mais il y a aussi des croix plus intimes : ce sont les tensions intérieures qui se produisent en nous lorsque nous tentons de vivre l’évangile car il s’oppose à la part sombre de nous-mêmes. L’exemple d’Etienne et de tant de martyrs d’hier et aussi d’aujourd’hui qui ont vécu l'évangile jusqu'au sang versé nous invite, avec la force de l’Esprit Saint à travailler à une plus grande cohérence entre la Parole de Dieu, la volonté de Dieu et notre vie.

Que cette eucharistie nous donne de savoir mieux témoigner du Christ, notamment en vivant davantage l’Evangile. Qu’elle nous obtienne la force de l’Esprit pour une plus grande conversion. Amen.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.