Logo Notre Dame de la Bidassoa

Homélie du jour de l'An
. © ND de la Bidassoa

Homélie du jour de l'An

. © ND de la Bidassoa

JOUR DE L’AN 2019

SAINTE MARIE, MERE DE DIEU

52ème JOURNEE MONDIALE POUR LA PAIX

 

Quelle est douce, cette Parole !

Pleine de la douceur d’une mère pour son enfant. On imagine tellement bien cette présence humble et sereine de Marie auprès de Jésus, berçant le nouveau-né avec tendresse, murmurer dans le fond de son cœur les paroles apprises sur les genoux de sa propre mère, Ste Anne, ces paroles transmises de générations en générations, venues du lointain temps de Moïse (première lecture) : « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! »

Cette mère devenue Mère de Dieu et notre mère, aujourd’hui encore porte ces mots à ses lèvres en regardant chacune et chacun de nous dans une confiance infinie… et répète, dans le secret de son cœur, toute éprise de l’Amour du Père : « Que le Seigneur te bénisse et te garde, que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! »


          Oh ! oui ! Qu’elles sont belles ces paroles, au moment d’ouvrir une nouvelle année qu’on voudrait tellement plus belle et plus joyeuse que la précédente ! 


          Quel beau cadeaux Dieu nous offre-t-il dans ces paroles, en cette journée mondiale de la paix… Journée mondiale qu’on ne voudrait pas de 24 h, mais de tous les jours, pour que 2019 devienne l’année mondiale de la Paix !

Et viennent à l’esprit les mots du pape François dans le message qu’il adresse aujourd’hui même à tous les hommes de bonne volonté : intitulé « La bonne politique est au service de la paix ». Il souligne combien la politique « accomplie dans le respect fondamental de la vie, de la liberté et de la dignité des personnes, peut devenir vraiment une forme éminente de charité ». Reprenant une citation du pape Benoît XVI dans Caritas in veritate – « Quand elle est inspirée et animée par la charité, l’action de l’homme contribue à l’édification de cette cité de Dieu universelle vers laquelle avance l’histoire de la famille humaine » –, il relève que dans un tel programme « peuvent se retrouver tous les politiciens, de n’importe quelle appartenance culturelle ou religieuse, qui souhaitent œuvrer ensemble pour le bien de la famille humaine ». Pour le pape François, la paix est « une conversion du cœur et de l’âme ; et il est facile de reconnaître trois dimensions indissociables de cette paix intérieure et communautaire » : 1) La paix avec soi-même, « en refusant l’intransigeance, la colère et l’impatience… » 2) La paix avec l’autre : « le proche, l’ami, l’étranger, le pauvre, le souffrant… ; en osant la rencontre et en écoutant le message qu’elle porte avec elle. 3) La paix avec la création, « en redécouvrant la grandeur du don de Dieu et la part de responsabilité qui revient à chacun d’entre nous, en tant qu’habitant du monde, citoyen et acteur de l’avenir ».

          Que ferons-nous de l’année qui s’ouvre à nous ? 
          A l’aube de cette année nouvelle, chacun se prend à rêver de paix, de santé, d’amour. Devant l’année qui arrive, une bouffée d’altruisme, un souffle d’harmonie, un parfum de confiance titille les hommes, et nous nous souhaitons tous les meilleurs vœux du monde. 

          A cette heure, à cette aube, la page est vierge. Et l’aventure nous attend. Elle nous attend avec la liberté que Dieu nous offre, et la responsabilité qui nous incombe. La liberté et la responsabilité de tous les jours, de l’humble quotidien, patiemment, comme une mère avec son enfant. 
          Comme cet Enfant Jésus, qui vient de naître, couché dans la mangeoire, et que les humbles du pays viennent adorer. Comme cet Enfant pour qui l’avenir est ouvert, page blanche… venu nous ouvrir le livre de l’avenir. 

          Et si 2019 devenait grâce à nous l’année de la confiance ? Dans nos familles, dans nos communautés chrétiennes et humaines…


          La page est vierge. Elle se noircira bien vite de belles rencontres et de petits riens, de grands événements, de drames aussi, sûrement.

          Et si nous nous souhaitions les uns les autres de laisser Dieu faire son œuvre en nous par l’Esprit de son Fils en nos cœurs (comme vient de nous le dire St Paul comme aux chrétiens de Galatie) Esprit qui fait de nous des priants et des fils par le Fils Jésus ? 

          Car c’est bien ce même Esprit de Dieu en nous qui nous offre Marie, Mère de Dieu, cette Mère universelle, figure de douceur. Par elle, nous pouvons confier au Seigneur nos joies et nos misères, et toutes nos prières.

          Par elle nous saurons écrire les pages de cette année à l’encre de l’amour, de la confiance et de la paix, dons du Christ !

          Bonne Nouvelle année pour un avenir nouveau !                                                        Amen

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.