Logo Notre Dame de la Bidassoa

Homélie du premier dimanche de Carême
. © ND de la Bidassoa

Homélie du premier dimanche de Carême

. © ND de la Bidassoa

PREMIER DIMANCHE DE CAREME  B

 

          Nous voici entrés depuis 5 jours dans le temps du Carême. Que veut dire ce mot Carême ? Il vient du latin : Quadragesima ou 40ème.

          Et d’abord 40ème jours avant le dimanche des Rameaux.

          Mais encore et de façon plus profonde ?

          = C’est le 40ème jour qui termine la longue période de tentation de Jésus au désert, en bute avec Satan. C’est le jour de sa victoire contre les attaques du tentateur.

St Marc n’en dit pas d’avantage. Il souligne simplement l’issue de ce combat. Jésus est vainqueur et il peut commencer sa mission en Galilée : les temps sont accomplis, le règne de Dieu est tout proche. Rien ni personne ne peut barrer la route au Christ et à sa Bonne Nouvelle.

= C’est aussi le 40ème jour qui clôt le long déluge au temps de Noé. L’ennemi ce sont les flots abondants qui avaient englouti la terre ; le vainqueur c’est Noé qui avait pris place dans l’arche avec sa famille est un couple de chaque espèce d’animaux. L’issue du combat est signifiée par l’Arc en ciel que Dieu place du ciel jusqu’à la terre pour signifier que désormais une alliance inaltérable est établie par Dieu avec tous les hommes ; c’est une alliance d’Amour de Dieu. L’auteur de la Bible commençait alors à comprendre que Dieu ne voulait pas exterminer les humains mais les sauver.

          Remarquons que dans chacun de ces deux textes fondateurs, se trouvent également en bonne place des animaux.

= Au 40ème jour dans le désert, Jésus vivait parmi les bêtes sauvages et les anges le servaient.

= Au 40ème jour à la fin du déluge, Dieu fait alliance aussi avec -dit le texte- « les oiseaux, le bétail et toutes les bêtes de la terre, tout ce qui est sorti de l’arche. »

          Nul doute que dans sa sagesse l’Eglise nous donne ces deux textes à méditer ensemble, aujourd’hui, afin de commencer le Carême avec optimisme et grande espérance.

          Oui, notre 40ème jour du Carême, la fin de notre combat spirituel, de nos efforts, n’aura pas été vécu en vain : Dieu aura restauré la beauté de sa création que nous sommes, il nous aura rendu lucides sur nos responsabilités en faveur de tous les vivants, hommes, bêtes et tout l’univers cré, notre « maison commune ». Responsabilité d’approche respectueuse, de protection, d’amour. Le visuel du CCFD s’est doté du MOT S’APPROCHER pour tisser ensemble, avec nos différences, une terre solidaire. Nous sommes bien dans l’esprit du 40ème jour.

          Alors plutôt que de faire la grimace ne sachant comment et pourquoi vivre le Carême, regardons son issue : le Christ vainqueur de la mort, ressuscité qui restaure la création, qui sauve les humains par son sang se mêlant à notre terre et la fécondant de façon divine, ce même sang qui nous lave de l’ancienne créature que nous sommes pour faire de nous des fils de Dieu avec lui, ses frères et ses sœurs.

          C’est bien ce que vivront de façon unique et si belle les quatre catéchumènes de notre paroisse qui, à Pâques, arriveront devant la vasque baptisme, petite arche de Noé, pour être pardonnés de leurs péchés par le bain du baptême et devenir créature nouvelle dans le Christ, sauvés des eaux par lui, et revêtus de sa Vie.

          Et nous tous, vivons avec joie un vrai Carême dans le partage, la prière et le jeûne ; et aussi dans la confession de nos péchés en accueillant le pardon, l’amour de Dieu.

Quel bonheur de se mettre sur ce chemin de conversion choisie, responsable, décomplexée, moderne même… tant nous sommes insatisfaits quand nos vies sont mollassonnes et somnolentes, matérialistes et sans ressort, finalement rabougries.

          Oui, quelle joie de nous donner des résolutions jusqu’au jour où nous vivrons le 40ème jour du Carême avec le Christ, ressuscité vainqueur de la mort, duquel nous nous approchions, pas à pas, même quand c’était exigeant. Il nous aura dit durant ces 40 jours : « Convertissez-vous et croyez à l’Evangile ».

          C’est alors que notre vie sera vraiment pascale, et que nous redécouvrirons la puissance de notre baptême dans le Christ.

Chers amis, allons au désert, vivons le Carême de conversion avec Jésus, n’ayons pas peur ; avec lui, rien ne peut nous agresser, il est le vainqueur du mal et de l’auteur du mal, de nos tentations et de nos péchés les plus crucifiants ; avec lui, redécouvrons ce que nous sommes et nos responsabilités dans le monde et dans l’Eglise.

C’est là notre mission exaltante de baptisés convertis.

                                                           Amen

         

         

         

         

         

         

          

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.