Logo Notre Dame de la Bidassoa

Le 31 janvier : SAINT JEAN BOSCO, le Père et l'ami des jeunes.
Saint Jean Bosco © Internet

Le 31 janvier : SAINT JEAN BOSCO, le Père et l'ami des jeunes.

Animateur, éducateur, pédagogue comblé de talents.

« Ne tardez pas à vous occupez des jeunes, sinon ce sont eux qui ne tarderont pas à s'occuper de vous ! » , disait, il y a plus de 200 ans ce prêtre italien, joyeux et dynamique, qui a consacré sa vie à sortir les jeunes de la rue, en leur donnant une véritable éducation basée sur  trois « R » : Rêve – Rôle – Règle.

Il fut un éducateur exceptionnel par l'amour et la confiance qu'il portait aux jeunes.

« Jean Bosco est né le 16 août 1815, sur la colline des Becchi, un petit hameau près de Castelnuovo d'Asti, aujourd'hui Castelnuovo

Don Bosco. Issu d'une famille pauvre, orphelin à l'âge de 2 ans, il fut élevé par sa mère Marguerite, ainsi que son frère aîné Joseph et son demi frère Antoine.

Travaillant dur et ferme, il s'est préparé à la mission qui lui avait été indiquée dans un songe, alors qu'il avait à peine 9 ans, et qu'il s'est vu confirmer par la suite à maintes reprises, de manière extraordinaire.
Il a étudié à Chieri, tout en apprenant divers métiers. Il est ordonné prêtre à 26 ans. Arrivé à Turin, il est immédiatement frappé par le spectacle des enfants et des jeunes livrés à eux-mêmes, sans travail et sans guide. Il prend alors la décision de consacrer sa vie aux jeunes pour les sauver. » (http://www.salesien.com/index.php/don-bosco-un-saint/20-themes-historiques/50-don-bosco-courte-biographie.html)

 

Extraits de Wikipédia ( voir l'article entier, vraiment interessant ): https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bosco

... « Son caractère et ses qualités lui donnent une grande influence sur les enfants de son âge, qu'il entraîne avec lui vers les divertissements et la prière. Doté d'une mémoire extraordinaire et d'une intelligence hors du commun, il s’ingénie à répéter à ses amis les sermons qu'il a entendus à l'église. Ce sont là les premiers signes de sa vocation apostolique. Sa carrière sacerdotale fut extraordinairement féconde.

... Ému par les misères matérielles et spirituelles de cette jeunesse abandonnée, il décida de les réunir tous les dimanches, pour les instruire et les éduquer, tout en leur procurant des divertissements. Plusieurs de ces jeunes étaient errants, sans ressource ni famille. Beaucoup d'entre eux avaient connu la prison, souvent accusés d'avoir volé pour pouvoir se nourrir. .../... Les premiers contacts de Don Bosco en faveur des jeunes ne furent pas faciles. Plusieurs d'entre eux, farouches et agressifs, comprenaient mal l'intérêt qu'un prêtre pouvait leur porter, eux qui étaient abandonnés, désillusionnés et rejetés de partout. Leurs premières réactions furent souvent des injures.

Certains citoyens bien pensants le soupçonnaient de rassembler des jeunes délinquants et désœuvrés pour fomenter des manifestations et des désordres, voire une révolution. Aussi fut-il expulsé de bien des endroits avec ses jeunes, jugés bruyants et dérangeants par les citoyens et la ville de Turin, avant de pouvoir s'établir définitivement dans le quartier de Valdocco, en banlieue de Turin. Deux chanoines jugèrent même que ses projets étaient la manifestation de la folie des grandeurs et tentèrent de le faire interner.

La perception de la population et des autorités de la ville changea à la suite du dévouement que déployèrent certains de ces jeunes « voyous », dirigés par Don Bosco au cours de l'épidémie de choléra qui sévit à Turin dans les années 1854-1855. Miraculeusement, aucun de ces jeunes infirmiers ne fut contaminé. Il devint alors évident qu'il fallait prendre au sérieux les activités de Don Bosco et de ses jeunes garçons.

Sans autre ressource que son ardent désir d'aider cette jeunesse, confrontée à un profond sentiment de désespérance, de lui redonner l'estime de soi, de prendre conscience de sa valeur et de son importance et de la possibilité de s'insérer dans la société et d'y jouer un rôle, il ouvrit, avec l'aide de sa mère, Marguerite Occhiena, qui l'avait accompagné à Turin, un refuge, offrant le toit et le couvert aux plus déshérités. Ce furent les débuts de l'oratoire Saint-François-de-Sales, dans le Valdocco, dont les activités s'élargiront sans cesse : cours du soir en 1844, foyer d'apprentis en 1847, école secondaire et camps de vacances (1848), cours professionnels. Il rédigea plusieurs manuels scolaires à l'intention de ses jeunes élèves. Il publia aussi une revue mensuelle, les Lectures catholiques, dont le tirage atteignit 18 000 copies, chiffre énorme pour l'époque (1853), Les retombées et l'influence des idées diffusées dans ces publications furent telles que certains adversaires attentèrent même à sa vie, Don Bosco fait état dans ses Mémoires de l'apparition d'un énorme chien gris, Modèle:Le Grigio, apparaissant mystérieusement, on ne sut jamais d'où, mais toujours au bon moment, doux et patient avec les enfants de son patronage, mais féroce envers les agresseurs.

... Don Bosco développa l'idée, assez nouvelle pour l'époque, que l'éducation intellectuelle et professionnelle permet d'empêcher la délinquance. Pour cela, il faut que le pédagogue soit ferme avec les jeunes, tout en étant bienveillant et faisant confiance en attendant de chacun, le meilleur (amorevolezza en italien). À ce titre, Don Bosco figure parmi les grands éducateurs et pédagogues du XIXe siècle1.

Pour assurer le développement de son action, il s'entoura de prêtres éducateurs avec lesquels il fonda, le 26 janvier 1854, la Société de saint François de Sales (dont les membres sont couramment appelés « salésiens »), ayant pour mission l'éducation des enfants défavorisés. Elle sera approuvée en 1869 par Pie IX.

En 1872, avec Marie-Dominique Mazzarello, Jean Bosco fonda l'Institut des filles de Marie-Auxiliatrice (ou salésiennes). En 1876, il a fait approuver une manière de tiers-ordre, la Pieuse Union des coopérateurs salésiens.

Il est fondateur de maisons d'accueil pour étudiants, de foyers pour jeunes ouvriers et de séminaires pour vocations tardives. Son activité au service de la jeunesse des milieux populaires, les résultats qu'il obtient auprès d'elle dans les divers domaines de la formation générale, professionnelle, religieuse et ses recherches pédagogiques, sont bientôt connus à travers l'Europe, où les fondations d'instituts se multiplient. »

Le rayonnement de l'oeuvre de Dom Bosco s'étend sur toute la planète !


Pour présenter Don Bosco aux enfants, voici un très bon site : http://interparole-catholique-yvelines.cef.fr/BARTIMEE/BartimeeRecitDonBosco.htm

Pour les admirateurs des œuvres de la famille MAUMEJEAN , dont est ornée notre église Sainte Anne, magnifique visite de l'église de Don Bosco à Paris dans le 20: https://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Paris/Paris-Saint-Jean-Bosco.htm#HP

Au Brésil, un sanctuaire édifié en mémoire des rêves utopiques de Don Bosco (Somptueux mais dans la démesure !... avis de l'auteur) : https://www.expedia.fr/Santuario-Dom-Bosco-Brasilia.d6098064.Sites-d-Interet


 


 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.