Logo Notre Dame de la Bidassoa

Lettre de Monseigneur Marc AILLET à l'occasion du départ de Monsieur l'abbé Vincent-Marie VAYNE
. © ND de la Bidassoa

Lettre de Monseigneur Marc AILLET à l'occasion du départ de Monsieur l'abbé Vincent-Marie VAYNE

. © ND de la Bidassoa

                                                                                            Bayonne le 6 mars 2019

Chers paroissiens,

Comme vous l'avez appris, j'ai demandé à l'abbé Vincent-Marie Vayne de poursuivre une mission d'études à Rome, à compter du début du Carême 2019. C'est en pleine concertation avec lui que j'ai été amené à cette décision.

Je sais que vous êtes nombreux à avoir recueilli les fruits de son ministère, d'abord comme diacre pendant un an, puis comme prêtre coopérateur depuis neuf mois. De nombreux témoignages me sont parvenus qui attestent non seulement de son exactitude doctrinale et liturgique, mais aussi de sa charité pastorale faite d'empathie pour les personnes, d'écoute attentive, de compassion et d'ouverture à toutes les situations, y compris les plus périphériques.

Des incompréhensions, des malentendus, voire des mésententes ont toutefois jeté le trouble dans la communauté, jusqu'à engendrer des situations de blocage.

Pour autant, le départ de l'abbé Vincent-Marie n'est une victoire pour personne, c'est un temps d'épreuve spirituelle que la communauté paroissiale est appelée à vivre en vérité. Loin de se rejeter mutuellement la responsabilité, prêtres et fidèles sont appelés à un solide examen de conscience qui ne fera pas l'économie de profondes remises en question, en particulier sur la manière dont nous bénéficions du ministère des prêtres que nous recevons comme un don de Dieu. En ce sens, le temps du Carême arrive à point nommé, et sonne particulièrement pour nous comme un appel à la conversion. L'occasion vous est ainsi donnée de vous poser quelques questions de fond que je me permets fraternellement de vous livrer:

Qu'attendons-nous du ministère du prêtre, configuré au Christ Tête et Pasteur de l'Eglise pour enseigner la foi de l'Eglise, sanctifier les âmes par les sacrements, conduire et accompagner les fidèles dans l'exercice de la charité fraternelle et le zèle pour l'annonce de l'Evangile aux plus éloignés et le service des plus pauvres ?

Comment la Parole de Dieu résonne-t-elle dans notre vie quotidienne pour prendre chair dans nos paroles et nos actes ?

Quel accueil faisons-nous à l'enseignement de l'Eglise dans son intégralité, en communion avec l'évêque et le Magistère de l'Eglise ?

Quel soin apportons-nous à la célébration et à l'adoration de la Sainte Eucharistie,  "Sommet et source de la vie de l'Eglise", où Jésus Sauveur, mort et ressuscité, est réellement présent au milieu de nous pour nous unir à son Sacrifice et transformer nos vies ?

Quels fruits de sainteté, c'est-à-dire de charité et d'évangélisation, notre participation active à la Messe porte-t-elle dans nos vies ?

Comment combattons-nous le mal en nous et dans le monde ?

Quelle place le Sacrement de Pénitence et de Réconciliation, que les prêtres ont reçu mission de nous proposer pour confesser nos péchés et faire l'expérience de la Miséricorde du Seigneur, a-t-il dans notre vie ?

Je compte en tout cas sur vous pour éviter tout commérage et toute parole de jugement, d'accusation, voire de condamnation de quiconque. Priez plutôt pour vos prêtres, priez les uns pour les autres. De cette situation douloureuse, il s'agit de sortir par le haut, c'est-à-dire grandis dans notre désir de suivre le Christ et de nous aimer les uns les autres, car, comme le dit Jésus : « C'est à l'amour que vous aurez les uns pour les autres que tous vous reconnaîtront pour mes disciples » (Jn 13, 35). Tout le reste vient du Mauvais.

Restant à votre disposition, je fais confiance à votre curé pour engager cette salutaire révision de vie et je vous assure de mes sentiments dévoués et fraternels dans le Christ et Son Eglise.

Que le Seigneur vous bénisse et que la Vierge Marie vous accompagne, avec ma pauvre prière.

+ Marc Aillet

Commentaires

  1. Cailliau Alain
    le 08/03/2019 à 13h59

    Oui, je fais confiance à l'Esprit Saint en priant pour le Père Jean Marc afin qu'il puisse nous tirer vers le haut spirituellement. Seulement en tant qu'enfants de Dieu, nous nous devons de soutenir notre berger par la prière, pour qu'il puisse être l'intermédiaire de Jésus en nous incitant à évoluer en profitant régulièrement des grâces qu'il nous retransmet. A nous de rebondir en soutenant tous nos prêtres et notre séminariste pour que l'Esprit Saint puisse réellement agir en leur donnant l'énergie et la lumière nécessaire à tous nous conduire vers la Vérité du Seigneur. Afin, comme nous le souhaitons tous, que notre passage dans le royaume des cieux, se fasse du mieux possible. Alors, je me dis, méritons nos Bergers qui nous aident à devenir des saints (petit à petit) et pour cela, en priorité, prions quotidiennement pour eux mais aussi pour tout les paroissiens. Soyons solidaire pour que notre ferveur grandisse. Merci

  2. Cailliau Alain
    le 08/03/2019 à 14h03

    rectification: et la lumière nécessaire à tous pour nous conduire vers la Vérité du Seigneur.

  3. Paul Gilmanton
    le 09/03/2019 à 17h31

    Pas très courageux votre attitude Monseigneur ! Comment voulez vous être un soutien pour vos prêtres si au lieu de soutenir vos confrères vous bottez en touche.

  4. Philippe et Chantal Gayet
    le 09/03/2019 à 21h58

    Pourquoi des paroissiens qui ont assisté au refus de leur vicaire -dès le lendemain de son ordination- de concélébrer avec tout autre prêtre, dont son curé, devraient-ils engager une “salutaire révision de vie” ?! Et être ainsi culpabilisés... Avez-vous au moins engagé votre ami dont l’exemplarité de charité fraternelle et d’humilité a cruellement manqué à la communauté, à faire cette révision de vie et de comportement ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.