Logo Notre Dame de la Bidassoa

Obsèques du Cardinal français Jean-Louis TAURAN
Dernier adieu au Cardinal Tauran. Encensement de son corps par le pape François © Jean-Marc LAVIGNE

Obsèques du Cardinal français Jean-Louis TAURAN

Cardinal Jean-Louis TAURAN © ND de la Bidassoa

Le cardinal Sodano salue « l’inoubliable » cardinal Tauran et son « grand esprit apostolique »

Le pape François préside le rite final à Saint-Pierre

Le cardinal Angelo Sodano a rendu hommage à « l’inoubliable » cardinal Jean-Louis Tauran et son « grand esprit apostolique », en célébrant sa messe de funérailles, ce 12 juillet 2018, en la basilique Saint-Pierre. Le cardinal français disparu le 5 juillet, qui était président du Conseil pontifical du dialogue interreligieux, s’est consacré au dialogue avec tous les hommes de bonne volonté, a-t-il souligné. À l’issue de la liturgie, le pape François a présidé le rite de l’ « Ultima Commendatio » et de la « Valedictio ».

Visiblement ému lors de la célébration retransmise par la télévision du Vatican, le doyen du Collège cardinalice a salué un confrère à la foi « profonde », qui a servi « courageusement la Sainte Église du Christ jusqu’à la fin », malgré le « poids lourd de sa maladie ». Son nom, a-t-il ajouté, « vivra toujours en bénédiction parmi nous ». Et d’exprimer cette prière : « Seigneur, nous ne nous lamentons pas parce que tu nous l’as enlevé, mais nous te rendons grâce parce que tu nous l’as donné ! »

« Dans l’Évangile, a expliqué le cardinal Sodano, Jésus nous a rappelé quelles sont les véritables Béatitudes du chrétien. Il est toujours émouvant d’entendre proclamer ces Béatitudes dans notre Église. Bienheureux les pauvres en esprit. Bienheureux les doux. Bienheureux les miséricordieux. Bienheureux les cœurs purs. Bienheureux les artisans de paix. Ce sont des Béatitudes qui ont toujours illuminé la vie de notre cher frère défunt, comme des étoiles lumineuses sur son chemin. »

Le doyen a mis en lumière cette « grande figure » de prêtre, d’évêque et de cardinal qui « consacra sa vie au service de l’Église et au dialogue avec tous les hommes de bonne volonté ». Ainsi, « il a suivi la ligne tracée par le Concile œcuménique Vatican II » dans un engagement – selon Gaudium et Spes – à « être frères », travaillant ensemble « sans violence, sans tromperie » à la construction « du monde dans la vraie paix ».

À l’issue de la cérémonie, le pape a présidé le rite de l’ « Ultima Commendatio » et de la « Valedictio », bénissant et encensant le cercueil, devant l’autel. La sœur du cardinal Tauran, Geneviève Dubert, a aussi participé à la cérémonie. Le pape lui avait adressé ces jours derniers un télégramme de condoléances.

Le camerlingue de la Sainte Église romaine, originaire de Bordeaux, est décédé le 5 juillet dernier à Hartford, aux États-Unis. Atteint depuis des années de la maladie de Parkinson, il avait eu 75 ans en avril. Il a été enterré à Rome, dans la Basilique Sant’Apollinare alle Terme Neroniane-Alessandrine, dont il était titulaire, précise Vatican News en italien.

Le cardinal espagnol Santos Abril y Castelló, qui était lié par une profonde amitié avec le cardinal français, témoigne ainsi : « Récemment, je voyais bien qu’il était affaibli. Mais même pendant cette période, il mettait son devoir à la première place : celui de chercher à rapprocher ses positions du monde des autres religions, surtout de l’Islam. Et il le faisait avec un grand respect envers tous, une grande compétence et une grande capacité de dialogue, en proposant des solutions possibles. Il a fait tout cela au prix d’un grand sacrifice parce que sa santé était très affaiblie ces derniers temps : il se rendait compte qu’il n’était pas dans les conditions idéales pour pouvoir poursuivre ce magnifique travail qu’il effectuait pour l’Église. »

Anne Kurian - Rome

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.