Logo Notre Dame de la Bidassoa

Petite méditation devant la Croix de l'église d'Ascain
. © ND de la Bidassoa

Petite méditation devant la Croix de l'église d'Ascain

À l’ombre du Christ Rédempteur,

Sur le mur pierreux de l’Église,

Se tord un Homme de Douleur

Que la lumière encore aiguise.

La pierre retient son corps meurtri ;

À son gibet, il agonise

Sa tête ploie, comme étourdie.

Le scandale ici s’éternise.

Son corps n’est plus. Mais il chancelle

Épousant celui du Seigneur

Témoin de la Croix du Sauveur

Et de son calvaire qu’il rappelle

 Car le Christ, Lui, est Vivant

Ses bras proclament sa Victoire.

La lumière ajoute à Sa Gloire

Le Mystère d’un Avènement.

À Sa Vie, nous sommes unis

Comme l’est cette ombre meurtrie

À l’Amour fou du Crucifié

Au triomphe du Ressuscité

C’est Lui qui nous vaut l’Espérance

Et Lui encore, par sa souffrance,

Qui nous permet d’être associés

À Son chemin d’Éternité.

À l’ombre du Christ Rédempeur

Sur le mur pierreux de l’Église

Se meurt un Homme de Douleur

Rêvant à la Terre Promise…

Bientôt il va s’évanouir

Dans la nuit noire qui se glisse

Et son ombre viendra mourir

Au mitan de la pierre grise

Seul demeurera son Sauveur

Et Son Amour inépuisable

Ses bras ouverts et Sa victoire

Sur la mort et son désespoir.

Chantal GAYET

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.