Logo Notre Dame de la Bidassoa

Veillée priante avec
Petite assemblée, origines diverses, unie avec un beau chant © ND Bidassoa

Veillée priante avec "ATXIK BERRITUZ" (Tenir en (se) renouvelant)

*** © ND Bidassoa

 Eglise Saint Vincent - lundi 11 avril 2016

Soirée de prière pour la Paix au Pays-Basque

avec l'association chrétienne "ATXIK BERRITUZ"

 

 "Le Collectif de chrétiens en Pays Basque "Atxik Berrituz" (Tenir en (se) renouvellant) a été crée en novembre 2012, à la faveur de l'anniversaire de la Conférence Internationale d'Aiete, avec la volonté de s'engager dans le chemin de la paix ouvert par la Conférence et la décision historique de l'ETA d'abandonner la lutte armée"

 

Accueil de l'abbé Jean-Marc Lavigne

Bonsoir chers amis,

Quelle joie de vous accueillir dans notre église St Vincent d’Hendaye.

Nous allons veiller et prier ; écouter, chanter et faire silence pour arroser ensemble la graine de la paix et de la réconciliation.

Euskal Herrian bakearen hazia landatua da, armak ixildu dira, eta bake prosesua aintzinerat doa.

C’est maintenant le temps du mûrissement à la manière de la graine enfouie en terre mais qui promet, un jour, une belle moisson de fraternité retrouvée par le regard nouveau posé sur l’autre, l’échange des récits de vie (blessures et joies), le pardon donné et accueilli, la vie plus forte que tout.

Ikusiko ote ditugu, guren lur huntan, bakearen lehen loreak ?

Luze izanen da, bainan egun batez, bilduko dugu gure uzta.

Personne n’aura gagné sur l’autre. Tous vainqueurs quoique tous blessés !

Comme le Christ ressuscité vainqueur de la mort gardant ses blessures de crucifié !

C’est notre histoire avec Lui !

Alors ici à Hendaye, lieu symbolique ô combien, nous continuons après d’autres, à y croire, à ne pas baisser les bras.

Bakea landatua da gure etxean eta mundu guzian ; argia ikus dezan, izan gaitezen baratze zain iraunkor, umil eta bihotzdun

Gau on deneri.

 

Après l'accueil par Monsieur Peio Ospital et l'abbé Jean-Marc, se sont succédés prières, chants et témoignages :

       Monsieur Raphaël Lassalette était Maire de Hendaye dans ces années 1980 particulièrement touchées par des évènements douloureux. Son témoignage paraîtra dans la prochaine newsletter.

       Madame Marianne Aguesse, habitante de Fontarrabie depuis 1976, a transmis son émotion en pensant aux mères des terrosristes ; elle est particulièrement touchée par une jeune femme qui dit préférer voir son frère en prison plutôt que libéré et risquer de devenir assassin !.... Son témoignage paraîtra dans deux semaines.

       Monsieur Richard Irazusta de l'association hendayaise pour l'accueil des réfugiés "ESKU ZABAL", a expliqué qu'à ce jour il n'y avait toujours pas d'arrivée prévue mais que la municipalité maintenait sa proposition d'accueil pour deux familles. L'association reste très motivée bien que ne sachant pas précisément ce qu'elle aura à faire, mais les volontaires sont prêts !

       L'abbé Jean-Marc a commenté l'évangile de Matthieu 25, 34,40 : "Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" :

 

" Le Forum des chrétiens en mouvement, qui s’est tenu à Villa Pia, il y a deux jours a trouvé un très beau point d’orgue dans la conférence d’Elena LASIDA.

Pour commenter l’évangile de ce soir, je reprendrais volontiers les trois règles d’or, règles de vie qu’elle a si bien, et si simplement, extrait du cœur et des textes du pape François :

  • Tout est lié

  • Tout est donné

  • Tout est fragile

Je les prendrai en sens inverse.

D’abord « Tout est fragile » :

Et l’évangile parlait de ces fragilités qui marquent l’homme, la femme : ils ont faim, ils ont soif, ils sont étrangers, ils sont nus, malades, en prison.

C’est la faim et la soif pour le corps mais aussi la faim et la soif de dignité ; l’étranger vient d’un pays lointain mais il est aussi parfois le voisin, celui avec qui je préfère bâtir une frontière infranchissable parce que je le soupçonne de ceci ou de cela ; on est nu quand on a rien, qu’on ne compte pour rien, qu’on est transparent, sans relation, seul ; la maladie atteint les corps mais aussi les cœurs et d’abord le regard sur l’autre ; la prison c’est pour nous ici les « preso » loin de leurs familles ils sont près de 100 en France et trois fois plus en Espagne.

Oui, tout est fragile… le Christ n’a cessé de voir ces fragilités, il s’est fait fragile avec les fragiles ; il a encore le visage des plus fragiles ; il nous confie son regard pour être une Eglise à hauteur d’homme, pas en surplomb des personnes et des situations, à hauteur d’homme.

Mais aussi : « Tout est donné » :

L’évangile le disait clairement : vous m’avez donné à manger, à boire, à me vêtir, vous m’avez donné l’hospitalité, une visite, votre proximité.

Mais aussi le monde s’est donné des lois européennes et nationales, les droits de l’homme, et les protecteurs de ces lois au nom de la justice.

Nos sociétés se sont données des décideurs politiques, économique, sociaux.

Nos démocraties se sont données des associations et syndicats.

Oui, tout est donné… il ne faut rien reprendre.

Notre rôle de citoyens et de croyants n’est-il pas de rappeler ce don à l’humanité ; pour qu’il ne soit pas confisqué. Le pape le dit souvent : « Ne nous laissons pas voler l’espérance »

Enfin : « Tout est lié » :

L’évangile le disait ainsi : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ».

On ne peut plus séparer l’homme de l’homme ; Dieu de l’homme. Sinon, pas de paix, pas de justice. Pas de bonheur ni ici-bas, ni au ciel.

Déjà dans notre quotidien, tenons ensemble ce processus de paix qui commence d’abord dans le cœur de chacun, par une estime de nous-mêmes malgré les pires de nos actes ou de nos pensées, par cette conviction qu’au plus profonde de notre cœur il y a une source de vie, de pardon, de réconciliation qui nous dépasse.

La paix du cœur est alors liée à la recherche de la paix avec les autres en famille, au travail, au Pays-Basque, avec les réfugiés, avec le monde, avec la nature.

C’est de ce travail de base, de profondeur à notre niveau, aussi long sera-t-il, que pourra éclore des décisions à Paris et à Madrid pour une vraie paix dans la justice. Justice et paix s’embrassent, dit un psaume. Il y a là une saveur d’Alliance entre Dieu et son Peuple ! Oui, tout est lié.

Tout est fragile, tout est donné, tout est lié.

La paix soit avec vous ! N’ayez pas peur !

Amen.

Itxaropen hitza

Beti zurekin egongo naiz. Ez zaitut inoiz ahaztuko. Bakea naiz.

Une on eta txarretan laguntzen zaitut eta hoberena nahi dut zure bihotzarentzat.

Gerlari ez ! beti esango dugu. Ez dezagun eztabaida. Bakea beti egin dezagun.

 

Mot d'envoi

Je serai toujours avec toi. Je ne t'oublierai jamais. Je suis la Paix.

Je t'accompagne dans les bons et les mauvais moments et je veux le meilleur pour ton coeur

Nous dirons toujours : NON A LA GUERRE !  Ne discutons pas. Faisons toujours la PAIX.

 

Ce fut une soirée fraternelle pleine d'Espérance qui s'est conclue autour du verre de l'amitié  et dont vous pourrez écouter de larges extraits sur : Radio Lapurdi Irratia FM 96,8 :

- Lundi 18 avril à 21h.
- Mardi 19 avril à 17h.
- Vendredi 22 avril à 10h.
- Samedi 23 avril à 22h.

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.