0
Dans la foi
Dans l’obscurité d’une pauvre étable
Dans l’obscurité d’une pauvre étable
© “ Nativité ” par Rosa Schweninger (1849–1918)

| Jean François Di Murro

Dans l’obscurité d’une pauvre étable

Un poème pour Noël

  • Dans l’obscurité d’une pauvre étable,

Avec l’âne et le bœuf pour seuls témoins,

En ce lieu, entre tous, le plus misérable,

Marie, donnant la vie, a serré les poings

 

  • Tenant emmailloté, contre elle, son tout petit,

Elle ne peut songer aux tourments de demain,

Et, tout en rendant grâce à Dieu de l’avoir choisie,

Sur le bras de Joseph, elle a posé sa main.

 

  • Émerveillés par la présence de leur enfant,

Ils se regardent et se sourient avec tendresse,

Car le miracle pour eux maintenant,

C’est cet Amour pour lui qui les transperce.

 

  • Voilà que se font entendre des sonnailles,

Joseph et Marie voient, près de leur nouveau-né,

Des inconnus mettre un genou sur la paille,

Ce sont des troupeaux accourus, les bergers.

 

  • Mais plus grand encore est leur étonnement,

Lorsque des vastes horizons lointains,

Des rois étrangers sont venus adorer l’enfant,

Et déposer à ses pieds de précieux parfums.

 

  • Dans le ciel étoilé de cette nuit à nulle autre pareille,

Les anges ont porté au monde l’incroyable nouvelle,

L’humanité ne pouvait espérer plus grande merveille,

Que la naissance de son Sauveur, sa lumière éternelle.

Jean François Di Murro - fait à Hendaye, le 1 décembre 2019 - Premier dimanche de l’Avent

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription