0
Dans la foi
Fêté le 25 septembre : Saint Hermann de Reichenau – moine, éminent savant, musicien… On lui devrait le « Salve Regina »
Fêté le 25 septembre : Saint Hermann de Reichenau – moine, éminent savant, musicien… On lui devrait le « Salve Regina »

| ND de la Bidassoa

Fêté le 25 septembre : Saint Hermann de Reichenau – moine, éminent savant, musicien… On lui devrait le « Salve Regina »

« On disait de lui qu'il était « la merveille du siècle », tandis que lui prétendait : « Je suis le rebut des pauvres du Christ qui marche à la traîne des philosophes, plus lent d'esprit qu'un ânon. »

hermann-der-lahme.gif
hermann-der-lahme.gif ©
hermann-der-lahme.gif

Contrat Saint Hermann ou Hermann de Reichenau ou encore Hermannus Contractus, né le 18 juillet 1013 et décédé le 24 septembre 1054, était un moine, écolâtre [1], savant et hymnographe de l'abbaye de Reichenau où il passa sa vie entière. Il aurait composé l'Alma Redemptoris Mater, le Salve Regina et peut-être l'Ave Regina. Il développa sa propre notation de musique, trait d'astronomie et de chronométrage et écrivit une chronique excellente et de grande précision.

[1] L 'écolâtre (du latin scolasticus> scholaster) était, au Moyen Âge, le maître de l' école monastique ou de l 'école cathédrale. La fonction était importante et beaucoup étaient les écolâtres  qui devinrent écrivains de renom, théologiens, ou évêques, voire pape (Sylvestre II).

Fils du comte d'Altshausen et paralysé depuis son enfance Hermann était surnommé le Contrefait ou, en latin, Contractus. On doit à son élève Berthold une courte Vita d'Hermann de Reichenau.

Hermann était le fils du comte Wolverad II von Altshausen, appartenant à une famille noble de Souabe, les comtes Altshausen. Il souffrait depuis sa naissance d'une paralysie spastique générale, et pour cette raison n'apprit jamais à marcher et avait beaucoup de peine à parler d'une façon compréhensible et à lire; ses infirmités lui valurent le surnom de contractus.

À l'âge de sept ans, en septembre 1020, il vint au monastère de Reichenau, sur le lac de Constance. C’est là qu’il prononça ses vœux monastiques, en 1043, et qu’il passa probablement toute sa vie, exerçant les fonctions d'écolâtre, or, comme sa volonté de fer surmontait tous les obstacles, il ne fallut pas longtemps pour que ses réalisations brillantes fissent de lui une lumière qui resplendissait dans les branches les plus diverses du savoir, comprenant, outre la théologie, les mathématiques, l'astronomie, la musique, le latin, le grec et les langues arabes; les étudiants affluaient vers lui de partout, attirés non seulement par la renommée de son savoir, mais aussi par ses vertus monastiques et sa personnalité attachante.

 C'est sans doute à lui qu'on doit la répartition des heures en minutes (probablement pour ses observations astronomiques). Il joua de son temps un rôle fondamental dans la transmission des connaissances mathématiques et astronomiques qui jusque-là venaient exclusivement des Arabes ; c'est ainsi qu'il inventa le terme astronomique « Almicantarat » pour désigner un cercle parallèle à l'horizon sur la sphère céleste.

Il inventa un astrolabe[1], une machine à calculer, divers instruments de musique. Sur le plan artistique, il se distinguait comme compositeur et poète.

Vers l'âge de 30 ans, il prononça ses vœux monastiques. Il mourut en 1054 et fut inhumé dans la tombe de famille à Altshausen.

Hermann Contract a composé plusieurs chants à la Vierge Marie. On lui attribue en particulier l'Alma Redemptoris Mater et le Salve Regina. On lui devrait aussi le Veni Sancte Spiritus.

On disait de lui qu'il était « la merveille du siècle », tandis que lui prétendait :

« Je suis le rebut des pauvres du Christ qui marche à la traîne des philosophes, plus lent d'esprit qu'un ânon. »

Sa chronique est une source essentielle pour l'histoire du milieu du XIe siècle. Compte tenu de ses conditions de vie difficiles, on ne saurait sous-estimer son mérite d’être monté si haut dans le savoir et d’avoir poursuivi activement ses recherches. Même si, du point de vue de l’histoire des sciences, on ne saurait voir en lui le prodige de l'époque, il ne compte pas moins parmi les savants éminents de son temps, et le médiéviste Arno Borst admire l’universalité de ses connaissances, alors que ses apports propres ont eu du mal à s’imposer.

Sa véritable importance réside surtout dans son rôle de compilateur, c'est-à-dire qu’il a rendu accessible la connaissance déjà disponible en la présentant de façon intelligente et claire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hermann_Contract#


[1] L' astrolabe planisphérique, communément appelé astrolabe (du grec ancien ἀστρολάβος, astrolabos, via le latin médiéval astrolabium, «preneur d'astres»), est un instrument astronomique d'observation et de calcul analogique. Instrument aux fonctions multiples, il permet notamment de mesurer la hauteur des étoiles, dont le Soleil, et ainsi de déterminer l'heure de l'observation et la direction de l'astre. Sa conception, dont les origines remontent à l'Antiquité, perfectionnée par les civilisations arabes, s'appuie sur une projection plane de la voûte céleste et de la sphère locale, dite projection stéréographique.    

Salve Regina (tono simple) | 450 voces

33 paises 

coro virtual | Música Católica

 Chanté  pour la lutte contre le coronavirus

Astrolabe-Persian-18C.jpg
Astrolabe-Persian-18C.jpg ©
Astrolabe-Persian-18C.jpg
Relique de saint Hermann Contract à Altshausen.
Relique de saint Hermann Contract à Altshausen. ©
Relique de saint Hermann Contract à Altshausen.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription