0
Ailleurs
Hendaye au secours de Paris © Sauvetage_Quai_des_Grands-Augustins

| Jacques Eguimendya

Hendaye au secours de Paris

... " Au milieu de cette solidarité régnant de Paris à Hendaye, deux fausses notes sont tout de même à évoquer... "

Collection JE
© Le casino mauresque - Hendaye
Collection JE
© Le casino avant la construction de l'Euskualduna

En cette fin janvier 1910, Biarritz attend avec impatience son futur aéroport qui sera situé le long de la Nive, non loin de Cambo, tandis que les Hendayais sont moroses après des fêtes de la Bitxintxo gâchées par le mauvais temps. Heureusement, ce ne sont que des vagues à l’âme. Rien de commun avec ce que subissent les habitants de Paris, de sa banlieue et des régions du Nord et de l’Est.

 

En effet, la succession d’épisodes de pluie, grêle, neige et de violentes tempêtes a provoqué dans le Nord et l’Est de la France de nombreuses inondations d’une ampleur inconnue. 

 

A Paris, elles ont commencé le 20 janvier et atteint leur maximum le 28, provoquant une situation effrayante décrite dans un rapport de l’Association des Dames Françaises de la Croix Rouge : 

« Dans une grande partie de la ville, l’eau potable fait défaut, il n’y a plus d’éclairage au gaz, d’éclairage électrique, plus de téléphone, les travaux de construction et ceux de beaucoup d’usines sont impossibles ; 150 000 ouvriers sans ouvrage ou sinistrés, chassés de leurs demeures demandant l’asile et du pain ». 

 

En banlieue la situation est pire, la liste des communes sinistrées est longue. Les besoins sont immenses. Premiers soins, distribution de nourriture, relogement, aides financières, meubles indispensables doivent être proposés dans l’urgence. L’Etat, les Mairies d’Arrondissement, la Croix Rouge et bien d’autres sont à la manœuvre. Un immense élément de solidarité se propage. De nombreuses villes françaises contribuent financièrement spontanément. Hendaye n’est pas en reste.

 

A cet effet, un gala de charité est organisé le dimanche 30 janvier 1910, soit au début de la décrue. Le Casino est mis à contribution. Un brillant programme est conçu et proposé à la hâte. 

 

Tout d’abord, une partie musicale où les meilleurs artistes de la Côte Basque sont présents. L’orchestre philarmonique de Biarritz dirigé par Monsieur Cortèse, la « voix » d’Irun, Jose Recondo, accompagnée par Joaquin Alegria, le solo de clarinette de Monsieur Borda, le controversé bariton, Monsieur Wolf et la soprano, Madame Doncos, épouse du Chef de dépôt de la Compania del Norte, sans oublier celui qui fût de tous les accompagnements le pianiste Ramon Iglesias furent très applaudis. La soirée se termina par une partie comique, assurée par messieurs Mesly et Montant. Le public apprécia.

 

Deux personnes enchantèrent plus particulièrement le public. Une jeune fille de 12 ans, mademoiselle Blondel, se fit remarquer par l’interprétation très gracieuse et professionnelle des poèmes qu’elle déclama. Cesar Figueredo, violoniste virtuose d’Irun, accompagné de son compère Ramon Iglesias exécuta le Capricho Vasco de Pablo de Sarasate puis à la demande du public allongea la soirée en interprétant des œuvres de Schubert et Schuman. 

 

Au milieu de cette solidarité régnant de Paris à Hendaye, deux fausses notes sont tout de même à évoquer.

La première concerne le rapport des Dames de la Croix Rouge, rédigé par un médecin, soulignant à longueurs de pages, la créativité et le dévouement des dames des différents comités mais ne citant nommément que…trois hommes. 

La seconde provient de ce chanteur professionnel qui s’est distingué par ses « écarts » dans l’interprétation des œuvres choisies et une demande pour le moins, déplacée, d’honoraires. 

Jacques Eguimendya 

Président Passion – Txingudi

Hendaye le 09 janvier 2020

 

Sources :

Eco de Irun du 02 février 1910

Rapport du Comité Central par le Docteur Duchaussoy – Association des Dames françaises de la Croix-Rouge – « Secours donnés aux victimes des inondations de Paris et des Départements ».

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription