0
La Paroisse
Homélie du 2e dimanche de l'Avent

| Jean-Marc lavigne

Homélie du 2e dimanche de l'Avent

« le Chrétien est une personne qui se convertit tous les jours ». (Graham Greene)

2AVENTA.jpg
© 2e dimanhe de l'Avent

Nous pourrions dégager deux thèmes principaux dans les textes de la liturgie d’aujourd’hui : 

= Une promesse de bonheur 

et 

= Une invitation à nous convertir au rêve et à « la mentalité de Dieu ».

 

           1 / Dans la 1ère lecture, le prophète Isaïe nous parle de la promesse de bonheur.Voici cette promesse : Dieu enverra un Sauveur qui, contrairement à nous, ne jugera pas selon les apparences ou sur des rumeurs : « Il jugera les petits avec justice, avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. »  

           Ce Messie fera naître un monde nouveau où « le loup habitera avec l'agneau et le léopard se près du chevreau », un monde sans violence, sans haine, sans injustice, une terre d'amitié et de fraternité. 

           Le texte de Martin Luther King : « J’ai fait un rêve » était inspiré de ce passage d’Isaïe.

           Isaïe rejoint le texte de l’Apocalypse de saint Jean, au chapitre 21, 3-4 : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes ; il demeurera avec eux, et ils seront ses peuples, et lui-même, Dieu avec eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur : ce qui était en premier s’en est allé. » Alors celui qui siégeait sur le Trône déclara : « Voici que je fais toutes choses nouvelles. » Et il dit : « Écris, car ces paroles sont dignes de foi et vraies. »

           Et le Christ nous dit que cette grande espérance, nous pouvons commencer à la réaliser dès maintenant. De temps à autre, nous rencontrons des personnes qui témoignent et qui vivent à plein, au nom de leur foi en Dieu, cette espérance promise : Martin Luther King, Desmon Tutu, Nelson Mandela, Teresa de Calcutta, Mgr Romero, Jean Vanier… et de nombreux saints ; mais aussi les saints de la porte d’à côté, comme aime à nous dire le pape François, car près de nous, dans nos familles, nos quartiers, nos villes, il y a des saints qui vont advenir un bout de ciel sur la terre, qui font naître l’espérance autour d’eux…

           Ce matin, les lectures nous lancent une invitation à faire notre part dans la venue de ce monde nouveau… même si il sera totalement réalisé à la fin des temps quand Dieu sera tout en tous.

 

           2 / Pour faire naître ce rêve de Dieu, Jean Baptiste nous rappelle que nous avons besoin de conversion. Il nous invite à changer de direction et à commencer à vivre ce rêve de paix et d’amour dans notre vie personnelle : « Convertissez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche

           Nous pensons souvent que la conversion c’est seulement pour les autres, mais elle est nécessaire pour chacune et chacun d’entre nous ! Graham Greene, écrivain et scénariste anglais qui s’est toujours intéressé au catholicisme, disait : « le Chrétien est une personne qui se convertit tous les jours ».

           Cette période de l’Avent sera-t-elle, pour moi, un temps de « renouveau », de « changement », de 

« conversion » ? Ou vais-je continuer à ronronner ma vie, calé confortablement dans mon fauteuil ?

           La seule manière de vraiment célébrer Noël en chrétien, c’est de le célébrer en converti. Qu’est-ce que je peux changer dans ma vie pour rendre la vie des autres et la mienne plus heureuse ? Changer mon tempérament agressif ? ma capacité de démolir les autres ? la paresse qui m’empêche de m’engager et de faire quelque chose pour les autres ? corriger mon orgueil qui refuse de faire le premier pas et de pardonner ?

Se convertir, ça veut dire changer de direction. On pourrait illustrer cela avec un peu d’humour en disant : « ça ne sert à rien d’encourager le coureur à redoubler ses efforts s’il court dans la direction opposée à celle de la ligne d’arrivée. Il faut alors qu’il change de trajectoire… Se convertir, c’est changer de direction ! »

On raconte que Mark Twain (celui qui avait écrit le Roman de Tom Sawyer) avait un ami qui lui disait qu’avant de mourir, il voulait aller en Israël pour se rendre sur le Mont Sinaï où Moïse avait reçu les dix commandements. Il voulait lire à haute voix, du sommet de la montagne, ces mêmes dix commandements. 

Mark Twain qui avait beaucoup d’humour et était parfois très malin lui répondit : « J’ai une meilleure idée. <Tu devrais rester ici à Boston et essayer de vivre les dix commandements> ». Non pas lire seulement mais vivre.

           La conversion n’est jamais faite une fois pour toute. C’est pourquoi, au début de chaque eucharistie, nous nous reconnaissons pécheurs et demandons pardon au Seigneur. Ce qui importe, c’est la persévérance. Ne pas lâcher. Ça prend toute une vie pour devenir de vrais chrétiens. Nous sommes donc invités à nous convertir à l’appel de Jean le Baptiste : 

« Convertissez-vous car le Royaume des Cieux est tout proche ».  

 

           3 / L’Avent nous rappelle que Noël approche. Ne nous laissons pas voler cette fête importante par les grands magasins, les achats de toutes sortes, la grande bouffe à organiser, les rencontres de famille à planifier, etc… Tout cela est important, mais il y a beaucoup plus dans cette période de préparation.

           Après la messe d’aujourd’hui, sachons rentrer chez nous avec le beau rêve de Dieu en tête et dans notre cœur ; et nous demander ce qui peut être changé dans notre vie de tous les jours pour que ce rêve soit un peu plus présent dans nos familles, dans notre voisinage, au travail. 

           Voilà notre vocation de chrétien et voilà le programme que nous propose le temps de l’Avent.

           « Convertissez-vous au rêve et à la mentalité de Dieu, car le Royaume des Cieux est tout proche ».

                                                                       Amen

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription